Le croquet de la reine #1 ♥ Partage : Tuto flamingo nail art

flamingo trio gif

Un grand rosier se trouvait à l’entrée du jardin ; les roses qu’il portait étaient blanches, mais trois jardiniers étaient en train de les peindre en rouge. Alice s’avança pour les regarder, et, au moment où elle approchait, elle en entendit un qui disait : « Fais donc attention, Cinq, et ne m’éclabousse pas ainsi avec ta peinture. »

« Ce n’est pas de ma faute, » dit Cinq d’un ton bourru, « c’est Sept qui m’a poussé le coude. »

Là-dessus Sept leva les yeux et dit : « C’est cela, Cinq ! Jetez toujours le blâme sur les autres ! »

« Vous feriez bien de vous taire, vous, » dit Cinq. « J’ai entendu la Reine dire pas plus tard que hier que vous méritiez d’être décapité ! »

alice cartes peinture

« Pourquoi donc cela ? » dit celui qui avait parlé le premier.

« Cela ne vous regarde pas, Deux, » dit Sept.

« Si fait, cela le regarde, » dit Cinq ; « et je vais le lui dire. C’est pour avoir apporté à la cuisinière des oignons de tulipe au lieu d’oignons à manger. »

Sept jeta là son pinceau et s’écriait : « De toutes les injustices — » lorsque ses regards tombèrent par hasard sur Alice, qui restait là à les regarder, et il se retint tout à coup. Les autres se retournèrent aussi, et tous firent un profond salut.

« Voudriez-vous avoir la bonté de me dire pourquoi vous peignez ces roses ? » demanda Alice un peu timidement.

Cinq et Sept ne dirent rien, mais regardèrent Deux. Deux commença à voix basse : « Le fait est, voyez-vous, mademoiselle, qu’il devrait y avoir ici un rosier à fleurs rouges, et nous en avons mis un à fleurs blanches, par erreur. Si la Reine s’en apercevait nous aurions tous la tête tranchée, vous comprenez. Aussi, mademoiselle, vous voyez que nous faisons de notre mieux avant qu’elle vienne pour — »

À ce moment Cinq, qui avait regardé tout le temps avec inquiétude de l’autre côté du jardin, s’écria : « La Reine ! La Reine ! » et les trois ouvriers se précipitèrent aussitôt la face contre terre. Il se faisait un grand bruit de pas, et Alice se retourna, désireuse de voir la Reine.

D’abord venaient des soldats portant des piques ; ils étaient tous faits comme les jardiniers, longs et plats, les mains et les pieds aux coins ; ensuite venaient les dix courtisans. Ceux-ci étaient tous parés de carreaux de diamant et marchaient deux à deux comme les soldats. Derrière eux venaient les enfants de la Reine ; il y en avait dix, et les petits chérubins gambadaient joyeusement, se tenant par la main deux à deux ; ils étaient tous ornés de cœurs. Après eux venaient les invités, des rois et des reines pour la plupart. Dans le nombre, Alice reconnut le Lapin Blanc. Il avait l’air ému et agité en parlant, souriait à tout ce qu’on disait, et passa sans faire attention à elle. Suivait le Valet de Cœur, portant la couronne sur un coussin de velours ; et, fermant cette longue procession, LE ROI ET LA REINE DE CŒUR.

Alice ne savait pas au juste si elle devait se prosterner comme les trois jardiniers ; mais elle ne se rappelait pas avoir jamais entendu parler d’une pareille formalité. « Et d’ailleurs à quoi serviraient les processions, » pensa-t-elle, « si les gens avaient à se mettre la face contre terre de façon à ne pas les voir ? » Elle resta donc debout à sa place et attendit.

Quand la procession fut arrivée en face d’Alice, tout le monde s’arrêta pour la regarder, et la Reine dit sévèrement : « Qui est-ce ? » Elle s’adressait au Valet de Cœur, qui se contenta de saluer et de sourire pour toute réponse.

« Idiot ! » dit la Reine en rejetant la tête en arrière avec impatience ; et, se tournant vers Alice, elle continua : « Votre nom, petite ? »

« Je me nomme Alice, s’il plaît à Votre Majesté, » dit Alice fort poliment. Mais elle ajouta en elle-même : « Ces gens-là ne sont, après tout, qu’un paquet de cartes. Pourquoi en aurais-je peur ? »

« Et qui sont ceux-ci ? » dit la Reine, montrant du doigt les trois jardiniers étendus autour du rosier. Car vous comprenez que, comme ils avaient la face contre terre et que le dessin qu’ils avaient sur le dos était le même que celui des autres cartes du paquet, elle ne pouvait savoir s’ils étaient des jardiniers, des soldats, des courtisans, ou bien trois de ses propres enfants.

« Comment voulez-vous que je le sache ? » dit Alice avec un courage qui la surprit elle-même. « Cela n’est pas mon affaire à moi. »

La Reine devint pourpre de colère ; et après l’avoir considérée un moment avec des yeux flamboyants comme ceux d’une bête fauve, elle se mit à crier : « Qu’on lui coupe la tête ! »

« Quelle idée ! » dit Alice très-haut et d’un ton décidé. La Reine se tut.

Le Roi lui posa la main sur le bras, et lui dit timidement : « Considérez donc, ma chère amie, que ce n’est qu’une enfant. »

La Reine lui tourna le dos avec colère, et dit au Valet : « Retournez-les ! »

Ce que fit le Valet très-soigneusement du bout du pied.

« Debout ! » dit la Reine d’une voix forte et stridente. Les trois jardiniers se relevèrent à l’instant et se mirent à saluer le Roi, la Reine, les jeunes princes, et tout le monde.

« Finissez ! » cria la Reine. « Vous m’étourdissez. » Alors, se tournant vers le rosier, elle continua : « Qu’est-ce que vous faites donc là ? »

alice reine qu est ce donc

« Avec le bon plaisir de Votre Majesté, » dit Deux d’un ton très-humble, mettant un genou en terre, « nous tâchions — »

« Je le vois bien ! » dit la Reine, qui avait pendant ce temps examiné les roses. « Qu’on leur coupe la tête ! » Et la procession continua sa route, trois des soldats restant en arrière pour exécuter les malheureux jardiniers, qui coururent se mettre sous la protection d’Alice.

alice off with her head

« Vous ne serez pas décapités, » dit Alice ; et elle les mit dans un grand pot à fleurs qui se trouvait près de là. Les trois soldats errèrent de côté et d’autre, pendant une ou deux minutes, pour les chercher, puis s’en allèrent tranquillement rejoindre les autres.

« Leur a-t-on coupé la tête ? » cria la Reine.

« Leurs têtes n’y sont plus, s’il plaît à Votre Majesté ! » lui crièrent les soldats.

« C’est bien ! » cria la Reine.

flamingo trio gif

Aujourd’hui nail art fantaisie : tutoriel de Jess (en portugais, mais chrome traduit tout ça très bien et surtout en photos bien détaillées) qui nous explique comment réaliser un nail art flamingo qui met de bonne humeur !

flamingo trio gif

Et un petit clin d’oeil à un ancien partage : les jolies cartes d’invitation à créer soi-même d’après le tutoriel de Oh Happy Day.

invitation flamingo

Shopping virtuel du milieu de semaine

Look à la fois simple, féminin et confortable. Pour aller travailler et sortir en journée.
Des collants épais et opaques pour rester au chaud, des bottes qui maintiennent la chevilles et permettent d’avaler des km sans trace d’ampoule… Une robe couleur citrouille pour un peu de gaieté, cintrée à la taille sans être moulante et un bon manteau douillet et élégant en laine.

Des envies de déco pour rester dans le thème de Wonderland et d’Alice au pays des Merveilles.

Des bougeoirs-oiseaux, des coussins tout doux, des imprimés "lapins"  et surtout beaucoup de douceur pastel pour un univers cosy.

Et puis un petit nail art ultra simple et sympa : du mint, un top caot pailleté et la féerie se prolonge jusqu’au bout de vos ongles.

Petits plaisirs du dimanche après-midi

un peu de lecture : Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates (va voir l’article de Françoise, alias GAIA sur Belle & Cultivée, elle en parle très bien !) un bouquin plein de bonne humeur, mais pas seulement,

beaucoup de petites douceurs : je ne résiste pas à l’achat de quelques bonbecs chaque fois que je pars faire le plein au Luxembourg, en l’occurrence mes préférès du moment ce sont les dragibus géants ! Sans compter le chocolat au lait Hello Kitty (pas meilleur qu’un autre, mais packaging si craquant),

♥ évidemment il va y avoir un moment dans la soirée où il faudra que je couche ma vie perso de chez perso sur quelques lignes de mon agenda,

♥ par exemple combien je me suis bien plantée en tentant de suivre un tuto nail art publié par BellattitudeCoup de coeur: la manucure & les oeillets pour classeurs! oups faudra que je garde mes oeillets  uniquement pour mes cours et rien que pour ça !)

Le début c'est facile, faut choisir la couleur du "fond"...

Là c'est encore rigolo mais après, hum hum...

Bref ça c’est tellement corsé que j’ai fini par tout enlever !

♥ et puis bon, les bonbons ça suffit ! Surtout si je souhaite continuer à rentrer dans mes petites robes Yumi et Cie… Alors hop j’ai tout versé dans un verre pour arrêter de picorer et maintenant c’est direction dehors, au grand air et quitter un peu WP (que jm et que j’adore !).